24 rue Moustier
13001 Marseille
09 54 58 88 77

Horaires d'ouverture

Lundi : 18h15 - 21h00
Mardi : 18h30 - 21h00
Mercredi : 17h30 - 21h00
Jeudi : 17h00 - 20h00
Vendredi : 18h00 - 21h00
Samedi : 13h00 - 19h30
blog-post-petrole-3-80x15-fixe-bleu-gris

Newsletter




Etat des lieux de la pollution à Marseille

Collectif vélos en Ville Marseille Proxi-pouss qualité air PACAL’actualité nous rappelle régulièrement les conséquences sanitaires de la pollution atmosphérique et en particulier celle liée aux désormais tristement fameuses PM2,5 (particules de taille inférieure à 2,5 micromètres, dites thoraciques, dont les plus petites peuvent pénétrer nos alvéoles pulmonaires). La presse locale est plutôt discrète sur le sujet alors que viennent de se tenir les journées méditerranéennes de l’air. Comme le rappelle le bilan air paca pour 2013 sur MPM, la principale contribution en particules fines vient du transport routier, des particules qui constituent le risque sanitaire le plus grave lié à la pollution atmosphérique et qui entraînent une mortalité prématurée.
Faut-il que les cyclistes se contentent de respirer un air moins pollué que celui que captent les automobilistes dans les bouchons ? Une enquête récente sur les avantages sanitaires de la pratique du vélo a conclu que, dans une hypothèse de scénario médian d’augmentation de 50% de la pratique vélo dans les déplacements domicile-travail (qui porterait celle-ci à 3,6 %), le risque relatif maximum est observé pour les zones en agglomération et montre une augmentation du risque de décéder pour les cyclistes en raison de l’exposition à la pollution de 0,4% (versus une diminution du risque de 28% grâce à l’activité physique réalisée en faisant du vélo). Dit plus rapidement pour celles et ceux que les chiffres rebutent, c’est tout bénéfice pour la santé …. sous réserve que nos élus se donnent - enfin - les moyens de rendre attractive la pratique du vélo dans notre ville.
En attendant que nos élus descendent de leurs voitures de fonction avec chauffeur pour prendre enfin conscience de la réalité des embûches dans les déplacements actifs à Marseille (c'est-à-dire ailleurs que sur le Vieux Port), des acteurs agissent et des projets naissent et sont à saluer. Par exemple, celui de Proxipouss « Air », une initiative marseillaise qui consiste à mettre en circulation dans la ville un pousse-pousse sur lequel devrait être installé un appareil de mesure de la qualité de l’air, pour donner des informations précises sur l’exposition des populations qui se situent sur ses trajets. L’air de rien, les chosent avancent ?

 

Sources :

http://www.francetvinfo.fr/france/particules-fines-va-t-on-vers-un-nouveau-scandale-sanitaire_756667.html

http://www.lamarseillaise.fr/marseille/developpement-durable/33318-on-respire-mal-sur-l-aire-mediterraneenne

http://www.atmopaca.org/files/ba/131000_MPM_bilan_territoire-2013.pdf

http://www.prse-paca.fr/IMG/pdf/csp_air_-_compte-rendu_v4.pdf

Le quotidien d'un cycliste parisien pendant 1 an.