24 rue Moustier
13001 Marseille
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
09 54 58 88 77

Permanences de l'atelier :

Lundi 30 : 18h45-21h
Mardi 31 : 18h-20h30
Mercredi 01 : 16h-21h
Jeudi 02 : 17h15-21h
Vendredi 03 : 18h-20h30
Samedi 04 : 13h-19h
 

Newsletter




Communiqué de presse du 11 février 2022

CP-11.02.2022Marseille en pole position des derniers

La FUB (Fédération Française des Usagers de la Bicyclette) a lancé le 14 septembre dernier, la troisième édition du baromètre des villes cyclables. Le Collectif Vélos en Ville, association de promotion des modes actifs et membre de la FUB s’est assuré du portage local de cette initiative et de la participation des Marseillaises et Marseillais. Aujourd’hui nous avons les résultats de cette enquête en ligne permettant à chacun et chacune d’évaluer la cyclabilité de sa ville du point de vue des usagers.

Participation : 2640 votes en 2021 soit une hausse de 50 % alors que la participation dans les autres grandes villes a tendance à baisser pour cette édition (1751 votes en 2019). Une augmentation due à l’exaspération des Marseillaises et des Marseillais face à l’inaction des pouvoirs publics et aux efforts redoublés de l’association dans la communication de ce baromètre.

La note finale : 2,01 ! Cette note qualifie donc le climat vélo à Marseille comme « Très défavorable » selon la FUB. Cette note est à comparer à la note de 1,96 en 2019 soit 2,5 % d’augmentation. Une très timide augmentation sans doute due aux efforts de la Ville de Marseille avec la mise en place d’une nouvelle offre de vélo en free-floating et aux derniers aménagements de la métropole, à savoir le cours Lieutaud et les boulevards recouvrant le Jarret qui ont du mal à convaincre. À n’en pas douter, cette note ne devrait donc plus augmenter lors du prochain baromètre si l’on en croit l’analyse du devenir du plan vélo faite par l’association.

La position : Classée 38eme des 38 plus grandes villes de France Marseille reste en pole position de la course de lenteur. Nous n’avons pas d’autre mot pour qualifier l’incurie des politiques publiques locales en matière de développement des mobilités actives. Cette position vient se rajouter au classement des villes marchables qui relègue également notre ville en dernière position.

Les points les plus forts : Ils ne nécessitent pas d’en parler car même pour nos points les plus forts nous restons en dessous de la moyenne nationale.

Les points les plus faibles : sans grande surprise, les points les plus faibles qui ressortent de cette enquête sont relatifs aux aménagements cyclables avec les plus mauvaises notes sur les affirmations suivantes :

• Pour les enfants et les personnes âgées, circuler à vélo est sûr ;

• Le stationnement des véhicules motorisés (voitures, camions, motos...) sur les itinéraires cyclables est rare ;

• Lors de travaux sur les itinéraires cyclables, une solution alternative sûre est proposée

• Je peux rejoindre à vélo en sécurité les communes voisines ;

• Le réseau d’itinéraires cyclables me permet d’aller partout de façon rapide et directe ;

Les attentes des marseillaises et des marseillais :

Un réseau cyclable complet et sans coupure, rapides et directs avec des pistes et bandes cyclables entretenues et des stationnements adaptés et sécurisés pour les vélos. Un trafic motorisé en ville limité avec une vitesse des véhicules motorisés en ville modérée.

Données cartographiques : Premiers résultats obtenus du troisième baromètre des villes cyclables, ces données nous montrent deux choses : Premièrement, en centre-villes les priorités de notre association sont les bonnes : Prado, Baille, Livon, National, Puget, etc.

Deuxièmement les zones blanches de Marseille, c’est-à-dire les grandes zones où ne figure aucun signalement doivent passer comme prioritaire dans l’aménagement du territoire, car s’il n’y a pas de signalement c’est bien parce qu’il n’y a aucun cycliste aujourd’hui ! CQFD.

Le Collectif Vélos en Ville appelle la Ville de Marseille, la métropole d’Aix-Marseille-Provence, le conseil départemental et la région sud à prendre de réelles décisions a même de faire changer cette situation aussi déplorable qu’irresponsable.