24 rue Moustier
13001 Marseille
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
09 54 58 88 77

Permanences de l'atelier :

Vendredi 25 : 18h-20h30
Samedi 26 : 13h-19h
Mardi 29 : 18h-20h30
Mercredi 30 : 18h30-21h
Vendredi 2 : 18h-20h30
 

Newsletter




Débat "Marseille 2020 on étouffe"

on etouffe
Le jeudi 24 octobre se tenait au théâtre de l'oeuvre un débat organisé par Marsactu en vue des élections municipales au thème bien nommé : "Marseille 2020, on étouffe !"

Après trois présentations très incisives sur la pollution de l'air à Marseille (ATMOSUD), l'absurdité des logiques de déplacements actuels vers les quartiers nord où chaque jour  85000 personnes se rendent au travail en voiture sans infrastructures adaptées (association Cap au Nord) et les luttes en cours contre le Boulevard Urbain Sud appelé à accroître la circulation (association Sauvons la Mathilde et le Collectif anti-nuisances BUS), les représentants des listes en lice pour les élections de 2020 étaient appelés à s'exprimer.
 
debat 2410
Etaient présents : Didier Réault, adjoint au maire en charge du littoral et vice-président chargé des finances au département sur la liste de Martine Vassal et Robert Assante, adjoint au patrimoine, de la liste de Bruno Gilles représentaient la droite sortante. La députée Claire Pitollat représentait  la République en marche, Jeanne Marti le Rassemblement national, Hervé Menchon pour « Marseille écologiste et citoyenne » (EELV), et Sophie Camard pour le Printemps Marseillais.

Le journaliste animant la soirée pour Marsactu les a directement plongé dans le bain de la soirée en leur posant comme première question "Comment vous êtes-vous venu ce soir au débat ?". Les réponses plus ou moins convainquantes étaient déjà lourdes du thème de la soirée : la voiture, ses excès, et les possibilités de changer le modèle qui asphyxie Marseille. A tel point que la problématique de la pollution maritime a eu du mal à trouver une petite place à la fin des échanges.

Tou.te.s conviennent du diagnostic : il y a trop de voitures à Marseille, les transports publics doivent être améliorés, et la pollution c'est mal. Pour autant, les propositions pour résoudre ces problèmes vont des plus consensuelles aux plus creuses. "Le dialogue avec les citoyens doit être au coeur de toute action", "il faut compter sur la bonne volonté de tou.te.s," "les infrastructures doivent être améliorées", "il faut augmenter la prime pour les véhicules électriques", "il faut optimiser les infrastructures existantes", "il faut rendre les transports communs gratuits" ... Si certaines propositions semblent délirantes - organiser une circulation aérienne pour aller à l'hôpital Nord - d'autres apparaîssent avoir mieux saisi les enjeux comme en témoigne l'affirmation de Claire Pitollat "On ne peut plus faire aujourd'hui des deux fois deux voies" à propos du Boulevard Urbain Sud.

Dans ce débat où les mobilités sont au coeur de la réflexion, il est à déplorer que les modes actifs sont largements absents. Si les transports publics ont beaucoup été mentionnés, à raison, les autres solutions et en premier lieu le vélo n'ont pas vraiment été considérés comme une solution par les représentants des différentes listes. Malgré plusieurs mentions par Hervé Menchon, Claire Pitollat ou Sophie Camard, et deux questions de la salle portée par le Collectif Vélos en Ville, aucune proposition concrête ne se dessine.

La critique du tout voiture commence à se dessiner, mais force est de constater que les alternatives sont encore timides et la réflexion sur les infrastructures se concentre sur les transports publics, alors que les études montrent la pertinence de repenser la ville autour des modes de déplacements actifs. Est-ce que les futurs élus seront capables de tirer les conséquences logiques des constats répétés sur la voiture et accepter de repenser la ville pour diminuer sa présence et donner la place aux autres moyens de transports, dont les bénéfices ne sont plus à démontrer ?

marsactu
 
Pour revoir le débat, la vidéo est disponible sur le site de Marsactu : https://marsactu.fr/video-marseille-2020-pollution-et-manque-de-transports-on-etouffe/