24 rue Moustier
13001 Marseille
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Horaires d'ouverture

Semaine du 19 octobre
Lundi :
Mardi : 18h30 - 20h
Mercredi :
Jeudi :
Vendredi :
Samedi : 13h30 - 19h
 

Newsletter




La commission Aménagements Cyclables
 
Pour que la prise en compte des cyclistes dans l'espace public marseillais soit une réalité, le Collectif Vélos en Ville veille et agit !

La commission « Aménagements cyclables » travaille pour la prise en compte des intérêts des cyclistes dans l’espace public marseillais, c’est-à-dire, le vôtre, et donc le nôtre.
Pour cela, la commission porte une parole citoyenne et cycliste dans les lieux de concertation et de débat.
 
Nous nous réunissons chaque mois, tous les 1er jeudis du mois, à 18h00 au local.
Vous êtes les bienvenus !

 

Communiqué de presse : Baromètre des villes cyclables, Marseille

COMMUNIQUE DE PRESSE
Marseille, le 18 mars 2018
 
Baromètre des Villes Cyclable : Premières analyses des résultats pour la Ville de Marseille
logo-baromètre
 
Le baromètre en quelques mots : Il est inspiré de l’enquête Fahhradklima-Test initiée par la fédération allemande du vélo ADFC, et s’intègre dans un projet global de l’European Cyclist’s Federation visant à mettre en place un baromètre harmonisé en Europe, permettant la comparaison de la cyclabilité des villes européennes sur des critères identiques.
Prévu dans le plan d’action de la FUB, Fédération des Usagers de la Bicyclette, sa mise en œuvre a été avancée à septembre 2017 en raison de l’annonce des Assises de la mobilité, pour lesquelles il pouvait représenter une participation exceptionnelle. Et ce fut le cas avec plus de 113 000 réponses soit plus du double de son objectif de départ. Il s’agit d’une enquête sur le ressenti de la cyclabilité et non sur la qualité cyclable et il est à ce jour la plus forte enquête jamais réalisée en France et la 2e en Europe. Plus d’infos sur www.parlons-velo.fr
 
Lors de la clôture des Assises, le taux de réponse national et la structure générale des répondants était connu
CP FUB 113009Réponses
 
Et la tendance générale partagée par toutes les villes a été dévoilée
CP FUB tendances générales
 
 Les résultats complets ont été révélés hier à l’occasion du premier jour du congrès de la Fub à Lyon et les premiers résultats spécifiques pour Marseille (ville) sont les suivants :
  • Nombre de répondants : 2 187
  • Taux de réponse pour 1000 hab : 2,5
  • Classement villes + 200 000 hab. : 11e (sur 11)
  • Note obtenue : 1,98/6
 
Structure des répondants marseillais :

Une des caractéristiques de la courbe des répondants est son étalement plus important que la moyenne nationale :
1 % des répondants ont moins de 18 ans et 1 % plus de 75 ans, ce qui ne se retrouve pas dans les résultats globaux.
Par ailleurs la tranche de 25 – 34 ans, prédominante au niveau national, n’est que légèrement plus importante que la tranche des 35 – 44 ans.
Si 52 % des répondants déclarent utiliser leur vélo tous les jours, ils se disent bons pratiquants à 45 % seulement. 21 % n’utilisent leur vélo qu’au maximum 3 fois par mois, par peur de la circulation et 1 % pas du tout.
Nous avons donc là une implication plus ouverte que la moyenne nationale de la part des usagers de la bicyclette et de ceux qui souhaiteraient pouvoir en faire plus.
 
Les principales préconisations des répondants pour Marseille :
  • Avoir un réseau cyclable complet et sans coupure
  • Des itinéraires directs et rapides
  • Limiter le trafic motorisé en ville
  • Des stationnements sécurisés et adaptés
  • Entretenir les aménagements cyclables
Les 4 premiers points faibles :
  • La mairie n’est pas à l'écoute des besoins des usagers du vélo
  • Pour les enfants et les personnes âgées, circuler à vélo dans la ville n’est pas sûr
  • Lors de travaux sur itinéraire cyclable, aucune solution alternative sûre n’est proposée,
  • Le réseau d'itinéraires cyclables ne me permet pas d'aller partout de façon rapide et directe
Les Assises de la mobilité ont été l’occasion de montrer la rupture indispensable et nécessaire avec la politique du tout-voiture.
L’ampleur de la contribution citoyenne portée par la FUB montre que la « solution vélo » a le potentiel pour améliorer concrètement le quotidien des Françaises et des Français.
Il doit être permis à tous de se déplacer à vélo confortablement et en sécurité : un véritable Plan Vélo, sincère et financé, va être inclus dans la future loi de mobilité.

La stratégie vélo métropolitaine doit donc s’inspirer et tenir compte des résultats nationaux unanimement partagés par tous les répondant au Baromètre des villes cyclables.
L’objectif sera d’améliorer la note très faible de 1,98 / 6  pour la 2e édition du baromètre en 2019

Merci aux 2 187 répondants qui ont permis de confirmer ce que les
associations dénoncent depuis plus de vingt ans !


Contact presse :  Philippe Buffard  07 85 07 77 85  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Piétonisation de Noailles, Marseille piétine !

Noailles, la SOLEAM*, la piétonisation, Opération grand centre-ville et Ambition centre-ville cela vous parle ? Où en est-on de ces projets censés démarrer en 2011 et en 2016, et qui devraient être finis ou quasiment finis ? Le Collectif vélos en Ville avait-il prophétisé l’avenir dans son article de 2015 ?

On va essayer de faire court et rapide mais à Marseille court et rapide cela n’existe que pour les voitures et certainement pas pour le projets d’aménagements de l’espace public, encore moins ce qui font la place belle aux mobilités actives que sont le vélo et la marche à pied.

A la base, un fabuleux projet…

operationgrandcentreville1L'Opération Grand centre-ville, lancée en 2011, peut être résumée par l’image ci-contre.

Ambition centre-ville n’est finalement que la déclinaison 2017 des projets de l’opération grand centre-ville dans le secteur de l’hyper centre que nous vous avons présenté récemment ici.
Et enfin, on va donc retrouver dans ambition centre-ville, le projet de piétonisation du quartier de Noailles même si celui-ci a commencé bien avant le premier.

C‘était en effet de décembre 2014 à avril 2015 que le Collectif vélos en Ville avait participer à la première phase de ce projet, et nous avions décrit celui-ci dans un article détaillé que vous trouverez là : Le Fabuleux projet de la SOLEAM pour Noailles

Et en effet ce projet était ambitieux :
« Le plan d'aménagement que nous mettons à votre disposition affiche très fièrement une vaste zone piétonne. Ici la rue piétonne n'est pas l'exception mais bien la règle sur toute la zone de Noailles : seuls les véhicules autorisés (pompiers, camion-poubelles, ambulances) ont le droit de circuler dans cette zone. »

Surtout lorsqu'on le replaçe dans son contexte :
« Ce projet peut paraître ambitieux pour une ville qui ne connaît que quelques rares rues piétonnes envahies par les voitures entre 18h00 et 13h00 mais dans d'autre villes ce type d'aménagement est la règle dans l'hyper centre à l'instar d'une ville pas si éloignée que cela : Montpellier. »

Avec une phase d’aménagement qui devait commencer en 2016, mais :
« Et parce qu'il y a toujours un mais dans cette ville toujours frileuse à se transformer, l'issue du projet n'est pas certaine. En effet, tout ceci constituera in fine, un plan guide de la SOLEAM (le maître d'ouvrage) pour Marseille Provence Métropole, mais la frilosité des élus en général, la peur de la faisabilité technique (pourtant bien plus simple qu’aujourd’hui) font que le projet pourrait se voir amputer d'une partie de ses atouts. »

Mais finalement…

Soleam - Noailles small 2Erequalification Noailles 2018t donc nous voici en 2018, avec les prophéties du Collectif Vélos en Ville : retard et amputation !

requalification noailles2018 AMPLors de la réunion publique sur le projet qui a eu lieu le 24 janvier  2018 ( soit trois ans après), nous avons pu prendre note des coup de rabots et exprimer notre mécontentement comme en témoignent les nombreux articles de presse consacrés à cette réunion :

La Marseillaise du 26 janvier 2018, toujours prompt à réagir sur ce genre de sujet.
La Provence du 27 janvier 2018, dans laquelle on apprend que le Collectif vélos en Ville est partenaire de Ambition Centre-Ville.
Marsactu du 27 janvier 2018, qui organise bientôt une réunion débat sur le sujet du réaménagement du centre-ville (15 février).


Et entre ces deux images, on peut constater ce que l’inertie marseillaise sait faire de mieux : user les plus beaux projets au fil du temps. Adieu, la piétonisation des abords de la gare de l’est qui jouxte la place des capucins, de la rue Jean Roque, du haut de la rue d’Aubagne et de la rue Moustier.

Que restera-t-il donc à la fin, quand le projet aura finalement eu lieu (ou pas) ? Sans doute pas grand-chose à se mettre sous la dent. Et une fois l’incivilité marseillaise passée par là, accompagnée du laxisme de la police, il ne restera plus rien du tout.

La raison à cela se trouve sur les panneaux de présentation de la SOLEAM : « Le projet de piétonisation de Noailles sera ainsi intégré et précisé dans le cadre de cette étude  dont les premiers résultats sont attendus au début du 2eme trimestre 2018 ». Encore une fois, on reporte l’échéance d’un projet à celui d’un autre plus grand, plus ambitieux et plus tard, surtout beaucoup plus tard…

Mais la métropole, elle, ne manque pas d’humour (ou de pragmastisme) : Sous le prétexte d’œuvrer à court terme celle-ci nous propose la substantifique moelle du projet , le rabotage ultime au stade de l’allumette, ci-contre.

On change le sens de circulation d’une rue sur 40 mètres...

De plus, l’observateur averti se rendra compte que si le projet n’était pas raboté il engloberait tout de suite, et de fait, une zone plus grande jusqu’à la rue Paradis puisque les rues Pavillon, Rouget de l’Isle, de la glace, Vacon, Pisançon et  Davso sont soit déjà piétonnes soit obligées de le devenir. Et on ne parle pas de la rue Estelle et au delà vers la préfecture et le cours Julien. On aurait pu faire une zone piétonne jusqu'à La Plaine, mais on en reparlera.

Tout ceci serait raisonnable, si et seulement si, cela s’était passé il y a 10 ans, 20 ans ou plus comme les autres grandes villes françaises l’ont fait, en leur temps. Mais à l’heure actuelle, il faut que Marseille cesse de prendre du retard et qu’elle rentre dans le XXI siècle, sinon en 2030 elle aura 50 ans de retard par rapport au reste de l’Europe.

Vous êtes donc toutes et tous invité.e.s à aller apporter vos remarques le mardi matin et le jeudi après-midi aux services municipaux, 40 rue Fauchier à seulement 7 minutes de vélo de Noailles sur le registre prévu à cet effet pour la concertation. Vous avez jusqu’au 22 février inclus.  Vous y retrouverez les documents présentés lors de la réunion publique et téléchargeables ici.

*Non la SOLEAM n’est pas un gros mot. Il s’agit de la SOciété Locale d’Equipement et d’aménagement de l’Aire Métropolitaine dont le nom latin pourrait être interprété par « presse à jus », c’est dire s'il faut des efforts pour sortir quelque chose de cette ville et de cette métropole. En revanche ce que les élus peuvent faire de la SOLEAM cela peut être autre chose que du jus, alors exprimez-vous...

Porte d'Aix : encore raté !

Avenue camille Pelletan WEB3L’aménagement de la porte d’Aix, qui est implantée au milieu de la place connu sous le nom de Place Jules Guesde, touche à sa fin. Que nous ont encore réservé les aménageurs autour de cette place pour le vélo ? Le meilleur ou le pire ?

La place Jules Guesde situé ici à Marseille est encours d’aménagement depuis plusieurs années et l’association  veille au respect du code de l’environnement sur cette place et les rues qui lui sont connectées.

Elle a notamment attaqué au tribunal administratif l’aménagement de la rue Camille Pelletan comme vous pouvez le lire ici et envoyé plusieurs courriers pour le boulevard Charles Nédelec mais c’est une autre histoire que l’on vous racontera un autre jour.

Cet été, le jour où le tour de France passait par Marseille de l’autre côté de la ville et où pour l’occasion la métropole avait dépensé 1 million d’euros pour refaire le bitume des rues de Marseille pour les coureurs du tour, nous avons découvert le pire. Quand d’un côté de la ville on balance des sommes folles pour des cyclistes dopés, on est pas capable de prendre quelques heures pour réfléchir à un aménagement cohérent de la place Jules Guesde.

Avenue camille Pelletan WEB1
 
On se retrouve donc (voir photos) avec des cyclistes censés venir de la place à l’est qui doivent prendre un piste cyclable sur un trottoir au milieu des deux voies, large d’environ 1 mètre, et  bordé à droite de voiture en circulation et à gauche d’une série d’arbres.
 
Tout ceci au mépris des préconisations du Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (CEREMA) contenu dans la fiche N°01 « Les pistes cyclable » que nous citons ici :
 
Avenue camille PelletanWEB 2
- La largeur doit...autant que possible se rapprocher de 2,00 m…
- Ces pistes sont séparées de la chaussée par un séparateur plus ou moins large…
- Elle sont aménagées mi hauteur de la chaussée et du trottoir… ou alors En milieu urbain ce type de piste est réalisé entre les voitures en stationnement et le trottoir...

Ce superbe aménagement se termine ensuite en pointe ! Sur un passage piéton ! Entre quatre potelets à éviter ! Cyclistes si vous passez par là, venez faire un tour à l’atelier vélo on raccourcira ensemble vos guidons pour que vous puissiez passer !

Une fois le guidon coupé, les piétons évités et les potelets franchis, vous aurez alors tout le loisir de vous insérer dans le premier contre-sens cyclable aménagé dans une voie de bus non ouverte aux vélos dans le sens normal de circulation : un exclusivité que  le monde entier nous envie là aussi...
 
 
Mais comment peut-on en arriver là ?

camille pelletan
 Quatre raisons essentielles :

Tout d’abord, aucun élu dans aucune strate administrative  ne considère le vélo à sa juste valeur faute de culture sur le sujet. C’est en général la conséquence d’ une trop forte consanguinité électorale et de sédentarité marseillaise.

Deuxièmement, aucun budget  n’est consacré au vélo si ce n’est les 3,3 millions que la métropole donne à l’entreprise JC. Decaux chaque année pour les vélos en libre service marseillais dont l ’impact mériterait bien d’être étudié.

Troisièmement, les aménagements ne sont pas réalisés par des personnes pratiquant le vélo au quotidien pour leur transport et sans concertation avec des associations d’usagers qui eux possèdent l’expertise d’usage.

Quatrièmement, et cela découle des trois premières raisons, ce genre d’aménagement pensés à la va-vite et au dernier moment témoigne de la non-prise en compte flagrante d’une règle essentielle en aménagement cyclable : il faut que la prise en compte du vélo soit faite le plus tôt possible dans le projet.

En résumé, sans volonté politique, sans budget et sans expertise on n'arrivera jamais à faire quelque chose de correct pour le vélo dans cette ville.

Rue Paradis : Enfin du nouveau à Marseille !

Rue Paradis 1Le fait est assez rare pour qu’il puisse être remarqué et nous en profitons donc pour le dire : l’aménagement de la rue Paradis est une réussite même si tout n’est pas parfait surtout en 2017.
Retour en image sur un aménagement symbolique à Marseille qui serait peut être précurseur d’un changement plus profond du centre ville de Marseille.

Pour la petite histoire, notre association, le Collectif Vélos en Ville avait pointé du doigt il y a deux ans cette rue du centre ville et l’avait renommée Rue Paradis des Voitures, enfer des piétons. C'est en effet dans cet article  que nous dénoncions l’omniprésence de la voiture au détriment des modes actifs de transport que sont le vélo et la marche à pied. Et c’était il y a maintenant presque quatre ans que nous avions fait remarquer que cette rue, séparait deux zones de rencontres distinctes au lieu de les unir pour former une seule zone cohérente.

Enfin, depuis le début des réflexions du réaménagement de cette voie de circulation, le Collectif Vélos en Ville a contribué par deux fois à apporter ces remarques non pas parce qu’il a été consulté mais parce qu’il a, encore une fois, été vigilant et pro-actif.
 

Rue Paradis stationnement voitureAu rayon vélo des bonnes choses

* Un aménagement globalement de bonne qualité : visuellement il ne fait pas de doutes que la rue porte beaucoup mieux son nom aujourd’hui surtout quand on pense à la valeur de celle-ci quand on joue au monopoly.

* Des trottoirs élargis : là encore de larges trottoirs ont été aménagés pour ménager clients et commerçants, car ne nous le cachons pas ce n’est pas la mobilité des vélos qui est au cœur des préoccupations des décideurs mais celle-ci jouit des effets de bords

* Le parti pris de la rotation à haute fréquence des places de stationnement voiture avec un système de compte à rebours plutôt efficace. Quand on sait que les places de parking sont dans 99 % des cas utilisées pour stocker des véhicules qui sont immobiles 95 % de leur temps, il était intéressant de permettre un stationnement intelligent qui privilégie l’utilisation des places par des clients durant la journée.


Rue Paradis Trottoirs* Le parti pris et le courage de ne pas installer de potelets à l’ouest laissant aux marseillais et à la police municipale leurs responsabilités : Alors là, il faut dire qu’il y a du courage de la part de l’aménageur et on le félicite. C’est un constat partagé par tout le monde, toute surface non-protégée par des potelets est une surface de stationnement automatique pour les voitures. Dans l’imaginaire du marseillais on peut se garer n’importe où. Il faut dire qu’en répandant dans toutes les rues de Marseille des panneaux indiquant « stationnement autorisé à cheval sur le trottoir », la mairie n’a pas aidé ses administrés à comprendre l’article R417-11 stipulant qu’il est considéré comme très gênant de se garer sur un trottoir.

Rue ParadisStationnement vélo* des parkings vélos relativement nombreux (dont un très mal foutu), des parking deux roues motorisés pour contenir l’invasion et des places de voitures globalement en diminution.

* Un double sens cyclable relativement visible : Certes, réaliser un aménagement cyclable est une obligation légale quand vous faites ou refaites un aménagement de voirie mais nous savons tous qu’une fois sur deux celui-ci est oublié. Relativement visible, car pour une fois le marquage au sol, ô combien nécessaire à Marseille, a été réalisé.
 

P 20171122 134755 sAu rayon vélo des bémols

* Premier bémol : Malgré, les courriers de l’association, il a été décidé d’aménager la rue en zone 30. Vous nous direz que la zone 30 c’est pas si mal que cela. Soit. Mais quand une rue divise en deux une grande zone de rencontre (les quartiers de Noailles et de l’Opéra) il apparaît plus intelligent de requalifier celle-ci en zone de rencontre. Sinon vous devez systématiquement mettre une ribambelle de panneaux début de zone 30 (B30), et fin de zone (B51) ou bien début de zone de rencontre (B52) et fin de zone (B53) avec en plus les panneaux doubles sens cyclable (C24a) et «sauf vélo » (M9v2) à chaque coin de rue. Bref plus compliqué, plus cher, pour moins bien.

P 20171122 133056 s* Deuxième bémol : la peinture utilisée, bien connue des cyclistes marseillais, a une durée de vie de un à deux ans sur un piste cyclables fréquentée uniquement par des cyclistes (et des piétons) et de trois mois pour un double sens cyclable.

* Troisième bémol et sans doute la chose la plus importante à se rappeler : Cet aménagement a beau être très joli, il a 30 ans de retard. Quand à Marseille en 2017 on se demande si une rue doit être en zone 30 ou de rencontre, une ville comme Paris a déjà déployé depuis plus de dix ans les zones de rencontres et zone 30 dans la plupart de rues et une ville comme Montpellier à piétonniser l’intégralité de son centre-ville il y a 20 ans. On le répète tout le temps, mais même si Marseille va désormais dans la bonne direction et le fait avec une lenteur qui continuera à creuser l’écart entre elle les autres grandes villes de France, d’Europe et d’ailleurs.


Inauguration en grande pompe

ianuguration rue ParadisTadam ! Ce n’est pas la neige qui tombe sur Marseille ce matin du 2 décembre qui va empêcher l’inauguration de la rue Paradis de se faire. Tout le monde est là : Le Maire et président de la métropole, Jean-Claude Gaudin himself, la présidente du conseil départemental des Bouches-du-Rhône, Martine Vassal, le président du conseil de territoire de Marseille Provence, Jean Montagnac, le président de la CCI, Jean-Luc Chauvin, le maire du 6&8, Yves Morraine et surtout la maire du 1er secteur, Sabine Bernasconi et bien d’autres.
 
Inauguration Rue Paradis Marseille
Tout ce petit monde a vite trouvé refuge à l’intérieur de la bourse pour les discours avant de partir pour le bain de foule dans les commerces avoisinants dans une rue fermée à la circulation des automobiles ! Pour un jour et bientôt pour toujours avec Ambition centre-ville ?

Voies de bus ouvertes aux vélos : retour sur l'action peinture du 16 septembre 2017

Voie de bus vélo Paul Peytral Marseille 2On l'a dit, on l'a fait !

Suite au refus de l'ex-communauté urbaine de Marseille Provence Métropole d'ouvrir les voies de bus aux vélos, l'association avait publié un article et un communiqué de presse sur l'historique de la situation et organisé une action peinture d'ouverture de voies de bus.

La Marseillaise du 18 septembre consacre un article sur cette action.

Le choix de l'ouverture d'une voie de bus s'est portée sur le Boulevard Paul Peytral ou une petite trentaine de bénévoles se sont acheminés pour entamer les travaux de peintures consistant à apposer des logos vélos à intervalles réguliers sur la voie de bus.

Le choix de ce boulevard n'est pas anodin et il est pertinent à plus d'un titre.

Voie de bus vélo Paul Peytral Marseille 1Tout d'abord, le Bd Paul Peytral qui passe devant la préfecture passe donc devant l’institution qui se porte garante du respect de la législation française auprès des collectivités territoriales.

Ensuite, la voie de bus qui emprunte ce boulevard à sens unique n'est évidemment pas ouverte aux cyclistes et dans le sens est-ouest empêche donc les cyclistes de pouvoir réaliser cet itinéraire qui relie la rue de Rome au cours Pierre Puget, d'où l'intérêt d'ouvrir la circulation aux bicyclettes.

Voie de bus vélo Paul Peytral Marseille 3Pour finir, cette voie est actuellement limité à 30 km/h ce qui, de fait, rend obligatoire la circulation des cyclistes dans les deux sens comme le stipule l'article R. 412-28-1 du code la route : « Lorsque la vitesse maximale autorisée est inférieure ou égale à 30 km/h , les chaussées sont à double sens cyclable pour les cyclistes ».  Cette mise en cohérence était à réaliser avant le 1er janvier 2016 et ce qu'a fait, pour un nombre limité de rue l'actuelle métropole comme vous pouvez le voir ici.

L'association Vélos en Ville attend donc maintenant la mise en conformité permanente de ce boulevard par la métropole suite à sa mise en conformité temporaire et gratuite par les citoyens.

L'association Vélos en Ville attend également que la métropole ouvre plus largement les voies de bus aux vélos comme c'est le cas dans toutes les villes de France. Pour se faire, la métropole peut compter sur la collaboration de l'association locale d'usagers que constitue le Collectif Vélos en Ville.

En attendant, vous pouvez donner votre avis sur la cyclabilité de Marseille grâce à l'enquête nationale actuellement en cours.

Double sens cyclable rue Montgrand MarseilleBonus : L'association en a profité pour faire les peintures de logos vélos de la rue Montgrand et palud qui sont en double sens cyclable mais qui ne sont indiqué par aucun panneau ou presque.

A nouveaux dix ans après

 
velo - Marseille - 2017 v 2-01
 
Communiqué de presse :  À NOUVEAU DIX ANS APRÈS
 
Il y a 10 ans, le Collectif Vélos en Ville a réalisé un premier comptage des cyclistes dans notre bonne vielle ville de Marseille. Il s’est substitué ainsi aux Pouvoirs Publics, dont c’est pourtant l'une des missions.

Dix ans après, les choses n’ayant pas beaucoup évolué, nous avons encore une fois repris nos tablettes et nos crayons pour réaliser un nouveau comptage, dont voici les résultats.

Premier constat : la population cycliste marseillaise augmente sûrement. Malgré le peu de cas que l’on fait d’elle, elle a doublé en 10 ans, progressant en moyenne de 7 % par an.

Par comparaison, Bordeaux Métropole a vu le nombre de ses cyclistes augmenter de 18,6 % en 1 an et Lyon Métropole de 26 %; c’est là que l’on mesure les effets d’une politique volontariste en la matière.

D’après le dernier rapport de l’INSEE (janvier 2017) qui comptabilise enfin les vélos au niveau national, les 1,5 % de la population marseillaise qui se rendent à leur travail à vélo, les « vélotaffeurs » comme on les appelle, représentent donc quand même 13 000 cyclistes... électeurs !
Le Collectif Vélos en Ville, qui compte actuellement 1 600 adhérents, accueille les 11 400 autres cyclistes les bras ouverts, pour les aider à défendre leurs intérêts.

Deuxième constat : 2,5 fois plus de cyclistes hommes que de femmes. Les femmes se mettent beaucoup plus volontiers au vélo urbain quand elles se sentent en sécurité... dont acte !

Troisième constat : presque autant de femmes recensées à vélos à assistance électrique que d’hommes.

Quatrième constat : trois fois plus de vélos personnels comptabilisés que de vélos en libre service et ce malgré l’absence flagrante de stationnements sécurisés pour les garer le soir.

Cinquième constat : c’est comme par hasard sur les sites pacifiés suite à des travaux, tels que le débouché de la Canebière sur le Vieux Port, que la fréquentation cycliste a explosée : + 424 % par rapport à 2007 alors que la moyenne d'augmentation sans travaux se situe à 94%.
 
 
 
L'association tient, encore une fois, à remercier tous les bénévoles qui ont pu rendre cela réalisable aujourd'hui et il y a dix ans.

Marseille et le collectif accueille le congrès des villes et territoires cyclables

Club des Villes et Territoires CyclablesLe 10, 11 et 12 octobre Marseille accueillera le congrès du Club des Villes et Territoires Cyclables (CVTC), un club de collectivités regroupant aussi bien des régions que des communautés de communes.

Voilà plusieurs années que le Collectif milite pour que l'ex-communauté urbaine de Marseille Provence Métropole (MPM) adhère à ce club car il persuadé que c'est la première étape indispensable pour que la métropole développe une véritable politique cyclable. Dans cette optique, l'association avait organisé une journée mobilité au Pharo le 18 septembre 2013 en collaboration avec MPM et à laquelle il avait invité le Club des Villes et Territoires Cyclables. Jusqu'alors MPM ou la métropole n'avait jamais participé à un événement du club alors que l'association avait été, elle, invitée à venir parler lors des rencontres nationale du club, le mercredi 16 mars 2016 à Paris.

Aujourd'hui, et 4 ans plus tard, nous allons sans doute voir cette adhésion au club se concrétiser lors de la tenue du congrès  à Marseille.

Le Collectif Vélos en Ville, sera présent durant les trois jours du congrés. Il acueille notamment la FUB, la fédération dont il est adhérent, qui exposera pendant ces trois jours, en lui offrant un soutien logistique. L'association a également co-organisé, la soirée ciné vélo qui aura lieu le mardi 10 octobre. Enfin, il interviendra dans l'atelier N°9 du mercredi 11 octobre en présentant, entre autre, les résultats de l'étude ADEME sur les ateliers d'autoréparation fédérés au sein du réseau de L'Heureux Cyclage.

Comment doubler le nombre d'aménagements favorables aux cyclistes...

… en un temps records et pour un prix dérisoire ?


La semaine européenne de la mobilité
AB017065---tramway-et-véloLa Semaine Européenne de la Mobilité 2017 est résumée cette année en  « Sharing gets you further »  ou  « Partager, c'est aller plus loin ». C'est également, durant cette semaine que se déroule en France, le 16 septembre, la journée du transport public… Il n'en faut pas beaucoup plus pour que le Collectif Vélos en Ville vous propose de  partager le transport public et notamment ses infrastructures. C'est pourquoi on vous propose de passer à l'action.

Mais de quoi parle-t-on au juste,  quand on parle d'infrastructures de transport public ?

Lire la suite : Comment doubler le nombre d'aménagements favorables aux cyclistes...

Chave Wars : Mais que faut-il de plus ?

photo article libération vélo MarseilleSuite à notre dernier article de la saga Chave Wars, le journal libération du premier week-end de septembre qui dédiait plusieurs pages à la bicyclette en France a choisi pour illustrer l'article sur Marseille une photo du Boulevard Chave.
 
Si avec toutes ces lettres et des photos de 25 cm dans des journaux à grand tirage, notre président de métropole qui est aussi notre maire ou encore le maire de secteur (dauphin officiel du maire) ne se bouge pas, on sait plus ce qu'il faut faire...
 

Chave Wars : Le retour du piéton

terrasse Bd Chave juin 2017
On en parle rarement mais le Collectif Vélos en Ville agit à la fois pour la promotion du vélo mais aussi pour tous les transports alternatifs à la voiture particulière (comme le stipule ses statuts) et donc en premier lieu pour l'autre mode actif largement pratiqué : la marche à pied.
 
C'est ainsi que continuent les démarches du Collectif pour redistribuer l'espace public sur le Bd Chave : Plus de vélos, plus de piétons, plus de terrasses, mais moins de voitures s'il vous plait.


Lire la suite : Chave Wars : Le retour du piéton

Et encore un nouvel aménagement !

CVV bdStLucie 1Et cinquante mètres de plus ! À cette vitesse là, on aura une ville cyclable dans 2 500 ans… une paille à l'échelle de l'histoire de Marseille. Après notre intermède suite au recours en tribunal administratif du mois de mai, nous revenons sur ce nouvel aménagement qui fait une suite logique mais pas géographique à celui du boulevard Bouge du mois d'avril.
 

Lire la suite : Et encore un nouvel aménagement !

Et de sept ! Septième procès perdu par la métropole. Mais quand cela s'arrêtera-t-il ?

800px-Desautel, Collectif Vélos en Ville, Métropole Aix-Marseille-Provence, LAURE, L228-2, avenue Desautel, procès, victoire, Tribunal administratifDe la mauvaise volonté

C'est en effet le septième (et non pas le sixième) procès que la métropole (ou l'ancienne MPM) perd contre le Collectif Vélos en Ville pour non respect de l'article L228-2 du code de environnement. Si il fallait un exemple plus frappant de la mauvaise volonté de la métropole, il faudrait qu'elle interdise purement et simplement les vélos dans la ville, mais elle ne le peut pas, bien heureusement.

Si vous voulez un historique vous trouverez des articles ici, ici, ici et sur notre site internet.
 

Lire la suite : Et de sept ! Septième procès perdu par la métropole. Mais quand cela s'arrêtera-t-il ?

Boulevard Bouge toi à Vélo

CVV BdBouge 1, Collectif Vélos en Ville, Marseille, Boulevard Bouge, Aménagements cyclablesUn nouvel aménagement cyclable, ça se fête non ? Et en plus un nouvel aménagement qui n'est pas, pour une fois, réalisé pour éviter un recours en tribunal administratif ! Mais quelle mouche a donc piquée la métropole ? Révolution des modes de pensées ou tactique souterraine ?
 

Lire la suite : Boulevard Bouge toi à Vélo

Ambition centre-ville : le nouveau projet de la Mairie de Marseille

ambition centre-ville, Collectif Vélos en Ville, Marseille, Mairie, Ambition centre-ville, Aménagements cyclables, UrbanismeC'est en effet sous ce titre que se cache le nouveau projet de la mairie de Marseille qui était juste là sous embargo médiatique. Mais que se cache-t-il donc alors de si secret ?

Personne n'en avait entendu parler jusqu'au 5 avril et la réunion à la CCIMP et c'est avec ce texte que le Collectif Vélos en Ville était invité à participer à la réunion du vendredi 7 avril 2017 à l'Alcazar :

Sous l'impulsion du Maire de Marseille, les équipes municipales travaillent actuellement à l'élaboration d'un vaste plan de rénovation du centre ville. Dans ce cadre, une démarche "Ambition Centre Ville" a été entreprise sous le pilotage de la Délégation Générale Ville Durable et Expansion visant non seulement à mieux appréhender les attentes des administrés et des utilisateurs du centre ville, mais également à définir un plan de charge précis afin d'accroître son attractivité.
 

Lire la suite : Ambition centre-ville : le nouveau projet de la Mairie de Marseille

À Marseille, on DÉ-fait des aménagements cyclables

rue Barthelemy3-2 web cvv, Collectif Vélos en Ville, Marseille, rue Barthélemy, Aménagements cyclables, Pistes cyclablesÀ défaut de ne pas faire d'aménagements cyclables, on les défait comme ça on fait quelque chose !

La preuve en images.
 

Lire la suite : À Marseille, on DÉ-fait des aménagements cyclables

Le département, la métropole et la Ville de Marseille vont-ils (encore) manquer une belle occasion de développer le vélo ?

SR3V web cvvLe Schéma Régional des Véloroutes et Voies Vertes (SR3V) de la région PACA , dont vous pouvez consulter le plan actuel ici, est un document qui synthétise les aménagements cyclables locaux à réaliser dans le cadre du Schéma Européen Eurovélo, du Schéma national des véloroutes et voies vertes auxquels s'ajoutent d'autres aménagements cohérents avec les enjeux de nos territoires, de nos villes ou encore pour relier des sites touristiques et autres gares SNCF .
 
Le Collectif Vélos en Ville travaille depuis très longtemps à l'élaboration de ce document lors de réunions organisées par la région PACA et la DREAL (Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement). Une de ces réunions s'est récemment tenue le 24 janvier 2016 où votre association était, bien évidemment, présente.
 

Lire la suite : Le département, la métropole et la Ville de Marseille vont-ils (encore) manquer une belle...

Marseille en rêve !

amenagements cyclables web cvv news, Collectif Vélos en Ville, Marseille, Aménagements cyclablesVous rêvez d’une ville plus humaine, plus sympa, moins polluée, où la bagnole ne serait pas reine et où ce serait enfin un plaisir de se déplacer à vélo … nous aussi !

Le collectif milite pour cela et pour faire avancer les choses, il a besoin de vous .
 

Lire la suite : Marseille en rêve !

L'affaire Monte Cristo

CVV web Monte Cristo 1Non, ce n'est pas le titre de la prochaine sitcom de l'été sur TF1 mais une des dernières infractions à la loi française par la Métropole Aix-Marseille-Provence.

La rue Monte Cristo relie le boulevard  Roosevelt à l'est de la Canebière avec la Place Sébastopol, qui n'a d'ailleurs de place que le nom...

En mars 2016 cette rue est réhabilitée, c'est à dire qu'il faut comprendre par ces termes élégants que l'on a cassé les trottoirs pour la transformer pour le meilleur et pour le pire, comme on peut le voir sur la photo ci-contre (vu celle-ci, cela va être difficile de nier).
 

Lire la suite : L'affaire Monte Cristo

Et de cinq procès perdus : le BHNS Nord

BHNS Nord, Rue de Lyon, MarseilleEt de six !  Six procès que la Communauté Urbaine de Marseille Provence Métropole devenu Métropole d'Aix-Marseille-Provence perd pour non-respect de la loi LAURE en faveur des aménagements cyclables.
Alors quand on entend le président de la métropole dire : "Nous appliquons à Marseille les règles et lois de la République", cela ne nous fait pas vraiment rire.
Ce sixième procès concerne le Bus à Haut Niveau de Service de Bougainville à Saint-Antoine et cela commence à devenir une habitude chez MPM de faire appel des décisions de justice.
En effet, la métropole avait déjà été condamnée pour cet aménagement mais tout comme pour le boulevard d'Athènes, elle aime désormais persister dans un profond déni, en faisant appel.
 
À chaque fois ces appels se soldent en échec. Nous voici donc à cinq procès perdus, un record national pour non respect de la loi LAURE.
 
Le problème c'est que le déni peut aller loin :
 
Etape 1 : je refuse la concertation préalable que me propose l'association
Etape 2 : je ne fais pas l'aménagement
Etape 3 : je répond à l'association que je refuse de faire l'aménagement par refus du recours gracieux
Etape 4 : je m'en défend en justice et je perd
Etpae 5 : je fais appel de la décision de justice et je perd
Etape 6 : je ne fais et ne ferais toujours rien
 
Va-t-on vraiment devoir encore et encore faire appel à la justice pour contraindre la ville à respecter les 5 décisions de justice prises ?
 
Que nous apprend cette nouvelle décision de justice ?
 
Comme on peut le voir sur la photo, effectivement il n'y avait pas la place de faire deux voies de circulation pour les voitures et également deux voies de stationnement pour les voitures.
Et pourtant, c'est bel et bien ce qui a été réalisé par la communauté urbaine
Et pourtant, on appelle cela un BHNS c'est donc censé avoir une (ou deux) voie de circulation spécifique pour le Bus.
Et pourtant, la loi stipule l'obligation de faire des aménagements cyclables alors qu'il n'y a de loi qui oblige à faire des stationnements de voitures.
 
C'est ce qu'a notamment jugé la cour d'appel en stipulant dans son arrêt du 10 octobre 2016 :
"la communauté urbaine de Marseille Provence Métropole n'est pas fondée à soutenir que ces besoins et contraintes (la forte demande de stationnement et le stationnement sauvage) ne lui permettaient pas d'aller au-delà de ce qu'elle a prévu (ne pas faire d'aménagement cyclable).
 
Ouf ! on avait presque un doute à force...
 
La suite ? ce sera pour l'avenue Desautel épisode 25...

SCOOP : La Canebière enfin cyclable !

DSC05199La Canebière poursuit sa mutation au gré des usages que l'on en fait et que l'on veut en faire : après avoir été un talweg puis l'un des plus grands comptoirs de chanvre au monde et enfin un aspirateur à bagnole, La Canebière devient enfin cyclable avec une nouvelle étape décisive. Si, si !

La destinée des plus beaux endroits n'est pas un long fleuve tranquille et pourtant cet endroit là avait bien commencé par être le lit d'un cours d'eau au centre de la future Marseille. Il deviendra ensuite un lieu de production puis de consommation. Pendant ce temps, la circulation s'installe avec tout d'abord des trams puis des automobiles, des automobiles et puis que des automobiles.

CANNEBIERE-BAS-SANS VOITURENéanmoins, après 52 ans d'absence, en 2007, c'est le retour du tramway sur La Canebière qui essaye tant bien que mal de se faire une place. À cette époque votre association n'était pas encore suffisamment armée et lors du bras (de chemin) de fer entre la voiture et le tramway, la grande oubliée de l'histoire sera la bicyclette (comme trois ans après à Arenc et huit sur la rue de Rome)

Cependant, quelques années plus tard le 5 mars 2012, le bas de La Canebière devait être rendu aux piétons (voir illustration). Il faut comprendre par là, l'équation "rendu aux piétons" = "sans voitures" et par sans voitures il faut comprendre avec des bus, des cars, des petits trains, des taxis et des scooters, des motos et des automobilistes perdus ou déterminés. Mais dans tous les cas, la Canebière est interdite au vélo car du Boulevard Dugommier vers le Vieux Port la circulation des bicyclettes est désormais interdite !

velocanebire2-web-webNi une ni deux, après un courrier à la communauté urbaine, le Collectif Vélos en Ville organise une manifestation de protestation le 5 mai 2012. Et bien qu'à ce moment là, on nous ait dit " d'accord, on fait la manifestation mais honnêtement c'est comme si vous l'aviez, La Canebière", il faudra quand même organiser une seconde manifestation le 22 septembre pour obtenir ce droit de circuler sur la partie basse de la Canebière.

Que d'efforts !

Et enfin, en 2016, la toute nouvelle métropole d'Aix-Marseille-Provence et la mairie du 1/7 sont touchés par la grâce divine !

Car depuis 2008, sur la partie supérieure maintenant, entre le boulevard Dugommier et l'église des réformés, deux voies étaient encore réservées aux voitures dans le même sens de circulation alors que le débit de voiture y était devenu très faible : une place disproportionnée pour les automotosolistes, une double voie surdimensionnée par rapport aux besoins.

Mais voici quelques mois donc qu'un panneau est apparu sur la canebière (voir première photo) qui permet donc aux cyclistes de pouvoir descendre La Canebière dans un double sens cyclable. Oui vous ne rêvez pas : les cyclistes peuvent désormais descendre la Canebière des réformés au vieux port !

800px-Cycle contraflow Rennes 2Alors tout n'est pas parfait, puisqu'il manque quelques-uns de ces panneaux "m9v2" notamment au début de la canebière et aussi quelques panneaux "c24a" (ci-contre) à l'attention des automobilistes pour leur signaler la venue des cyclistes dans l'autre sens.

A vrai dire, il manque tellement de panneaux que l'on aurait presque des doutes sur la véritable volonté de rendre la Canebière aux cyclistes. On va donc mener l'enquête et si d'aventures, nous nous rendions compte que tel n'est pas le cas, alors on se devra sans doute de ré-ré-organiser une manifestation. Et ça risque d'être drôle.

C'est quand même pas comme si il n'y avait pas la place sur plus de 40 mètres de large !

Que faut-il penser de l'aménagement du Vieux-Port phase 2 ?

Vieux-port phase 2Ou devrait-on dire : "que fallait-il penser de cet aménagement ?", tant tout était déjà écrit avant même les travaux (notamment l'avis de votre association). Retour historique sur l’élaboration de ce projet et de ses conséquences.

On ne parlera pas ici de l'aménagement du vieux port phase 1 où le collectif avait du batailler durant des années pour obtenir des voies de bus partagées avec les vélos. On ne parlera pas non plus des nombreux efforts déployés par la suite pour qu'une signalisation verticale et horizontale le signale…

Il s'agit ici de parler de la phase 2 du vieux port, une phase qui consiste ou plutôt consistait à aménager « le reste » du vieux port, c'est à dire entre la rue du chantier et le bassin de carénage sur le quai de rive neuve et à partir de l’Hôtel de ville sur le quai du port. Évidemment, les travaux n'ont finalement concernés (il faut espérer pour le moment) que le quai de rive neuve.

Et que s'est-il donc passé sur le quai de Rive-Neuve ?

Quasiment rien, comme nous le signalions le 30 avril 2015 à 14h00 lors de l'enquête publique concernant ces travaux et pour  laquelle nous vous avions invité à participer. Sur le registre de l'enquête, à la page 2 de notre contribution manuscrite, il était pourtant indiqué : « cette absence de changement est particulièrement frappante lorsque l'on regarde les illustrations ». Nous y dénoncions également la place du vélo dans les stationnements prévus : « stationnement quai de Rive-Neuve : 20 places réservées aux deux roues (les fameux deux roues), 8 aux vélos en libre-service et 0 pour les vélos privés c'est à dire le nôtre, le vôtre…
Et enfin, pour finir nous dénoncions la qualité des documents mis à disposition dans lesquels il était totalement impossible de savoir ce qu'il serait effectivement réalisé tant la résolution des images étaient pitoyables…

Et que peut-on lire sur le rapport de l’enquête publique rendu par le commissaire enquêteur au sujet de notre contribution qui pourtant était sans doute la plus grosse contribution à l’enquête ?

Rien, encore une fois ! Et ce n'est pas très étonnant finalement, vu le comportement du commissaire enquêteur le 30 avril 2015. Aucune réponse à nos questions, aucune volonté de nous montrer les documents. Il a même fallu que l'on sorte de la salle à chaque fois que quelqu'un venait consulter le dossier que nous étions pourtant en train de consulter… pas moins de cinq interruptions pour une durée inconnue. Même la contribution écrite au registre a du être plusieurs fois interrompue. Cela en dit long sur la qualité de l'enquête. Heureusement que le commissaire enquêteur adjoint était lui,  plus collaboratif…

Et, quel est donc le résultat final ? Quelle a donc été la réponse de la communauté urbaine de Marseille Provence Métropole devenue métropole d'Aix-Marseille-Provence à notre courrier relatif à l'aménagement du quai de Rive-Neuve ?

Les vélos circuleront sur la voie de bus qui sera aménagée

Sauf que, comme on le disait dans l'enquête publique, il n'y a pas eu de changement, puisque la voie de bus n'a pas été rallongée : elle débutait et débute toujours après la rue du Chantier. On notera d’ailleurs la taille microscopique du panneau qui l'indique.

Et donc à la question que nous pose les journalistes de La Provence :
Fallait-il une piste cyclable sur le quai de rive neuve ?

Nous répondons :
La question est plutôt fallait-il faire quelque chose sur le quai de rive neuve car si c'est uniquement pour donner de l'argent à une compagnie de travaux, il n'y a pas besoin de faire d'enquête publique.

Certains diront que nos propos ne sont pas tout à fait exact. En effet, une voie de circulation (sur les deux) a été retirée dans le sens sortant (vers le palais du Pharo) sur 150 mètres. À la fois, il n'y pas de véhicules qui empruntent cette voie mis à part ceux provenant du parking (sous-terrain) du cours Estienne d'Orve : une de ces verrues urbaines de centre ville qui empêchent d'aménager la ville et de réduire les voies de circulation tout en favorisant la venue de voiture en centre ville.

Dans tous les cas pour le vélo rien n'a changé, encore une fois...

Retour du bon sens (cyclable), ou presque...

leretourdubonsens webVous n'avez sans doute pas raté cette récente invention marseillaise paru dans notre précédente newsletter : Et Marseille inventa le double sens 2 roues motorisées.
Il n'aura pas fallu 5 jours pour que le bon (double) sens (cyclable) reprennent le dessus ou presque.
Oui presque...
 
Il faut tout de même avouer que sur ce coup là, la Communauté urbaine de Marseille Provence Métropole ou plutôt la désormais Métropole de Aix-Marseille-Provence (MAMP) a plutôt été réactive. Après l’article parut sur notre site web le mercredi 13 avril, il s'en est suivi un article dans le journal la marseillaise trois jours plus tard  et à ce moment là, le problème était déjà presque réglé, comme en témoigne notre photo prise le lundi 18 avril au soleil couchant.
Le moins que l'on puisse dire est que le site internet de votre association préférée est lu par plus de monde que l'on ne pourrait le croire…
C'est donc un retour du bon (double) sens (cyclable), ou presque, avec le panneau qu'il convient de poser dans le cas présent.
Presque car, il subsiste tout de même dans cette rue, 147 nouvelles places de parking pour les deux roues motorisées et toujours pas l'ombre d'une place de parking vélo. Dans une ville encore une nouvelle  fois primée comme ville la plus polluée pour sa qualité de l'air comme on peut le voir ici et il serait quand même de bon ton de privilégier des modes de transport non polluant comme l'impose un nombre presque incalculable de textes de loi et autres documents de planification stratégique.
Alors on peut féliciter la communauté urbaine de MPM de Guy Tessier d'avoir décidé de créer 400 places de stationnement supplémentaires afin de parvenir à un total d'un millier pour les deux roues (motorisées hein!) afin de canaliser l'invasion mais on entend tout de même de pied ferme un plan de création de stationnement vélo qui prendra place dans un Schéma Directeur des Modes Actifs digne de ce nom ! Notamment si « Il s'agit d'une volonté politique clairement affirmée et c'est pourquoi nous plaçons le curseur là où nous pensons qu'il est le plus juste. »
Bon on se décide à l'appliquer la loi ou pas ?

Et Marseille inventa le double sens 2 roues motorisées...


 DS2RM news
 
2roues web
 
ds2RMX1 web
a
 
1parking2RMrue des docks web
 
a
2parking2RMrue des docks web
 
a
ruedesdockssensinterdit web
 
 
a
entre rue des docks web
a
Pour faire simple et court, il existe depuis déjà plusieurs années la possibilité pour les aménageurs de faire des double sens cyclable (DSC), à savoir une rue qui est en sens interdit pour les voitures mais où les cyclistes peuvent rouler dans les deux sens. Cet outil a déjà largement prouvé son intérêt pour développer le vélo urbain, réduire les détours imposés aux cyclistes (dû le plus souvent au stationnement automobile) tout en préservant les espaces piétons et en augmentant la sécurité de tous les usagers.
Marseille a fait de timides tentatives ces dernières années dont la première rue pour laquelle il avait fallu faire une manifestation afin d'obtenir un marquage au sol.

Deuxième chose a bien comprendre : il n'existe pas de catégorie de moyen de transport qui s’appellerait les « deux roues ». En entretenant un flou autour de ce mot, on empêche de faire la différence entre les vélos et les deux roues motorisés qui n'ont en commun que le nombre de roues (et encore). On retrouve cet amalgame dans certaines enquêtes statistiques biaisées de fait et avec les parkings deux roues marseillais contre lesquels le Collectif Vélos en Ville milite.


Autrement dit, un double sens 2 roues (DS2R) est un non-sens et c'est pourtant ce qu'a réalisé la communauté urbaine de Marseille Provence Métropole : oui, vous avez bien entendu ! Une sorte de double sens cyclable que les deux roues motorisés, scooters et motos, pourraient emprunter !

Erreur de panneau, maladresse ? On a des raisons de douter…

Premièrement, car le panneau n'existe pas et que donc il a fallu le commander spécialement.
Deuxièmement, et ce n'est quand même pas anodin, la mise en place de cette voie s'est accompagnée de l’installation de pas moins de 157 places de parking 2 roues sans arceaux, autrement dit pour les motos et les scooters (sur cinq emplacements de dizaines de mètres de long représentant la quasi totalité de cette rue de plus de 300 mètres) : ça défrise !

Combien de place pour les parkings vélos ? Euh, ben, c'est qu'en fait… euh… et bien… y en a pas !
Mais la collectivité n'est elle pas censée montrer l'exemple en terme de mobilité alternative ou à minima respecter la loi à ce sujet (décret préfectoral puis loi de transition énergétique sur les PDA) ? Ne doit-elle pas respecter le code de la route à savoir que les 2 roues motorisées n'ont pas le droit de prendre les sens interdits à l'envers ?
Cet aménagement a au moins le mérite d'afficher clairement la couleur : la loi tu sais où tu peux te la mettre ?


Et l'arrêté de circulation ou de stationnement dans tout ça ? Voilà un document officiel qui pourrait lever le doute sur les intentions de MPM. Et bien, il n'existe pas. Ou pas encore peut être.
Étrange qu'un aménagement puisse déjà être effectué sans arrêté alors que certaines rues de Marseille n'ont toujours pas été aménagée bien que leur arrêté de zone de rencontre a été pris il y a plusieurs années. Sans doute des questions d'urgences et priorités qui nous échappent.

Seuls points positifs :
Les cyclistes peuvent emprunter cette voie ; c'est quand même un minimum dans un double sens, surtout vu le nombre de fois que l'on a demandé cet aménagement.
Le marquage au sol a été effectué, ce qui porte à trois rues dans la deuxième ville de France où le marquage au sol est présent : rue Fontange (obtenu après manifestation et peinture maison), rue Moustier (où réside votre association et après demande au maire) et ici.

Bon, ok ils ont aussi un peu oublié quelques panneaux de DS2R au milieu de la rue à une intersection...

Mais ça se passe où au fait ?

C'est là que c'est marrant : Rue des Docks, autrement dit là où siège (entre autres) la direction de la voirie de MPM responsable de cet aménagement et la présidence de cet institution !

Non, sérieux ?

Si, si…

L'ironie de l'histoire

programme rencontre 2016 webL'ironie de l'histoire c'est lorsque toutes les moyennes ou grandes villes de France sauf Marseille se réunissent pour parler de vélo et que c'est l'association de cyclistes urbains marseillaise qui y participe voire témoigne.
Quand l'expertise de l'association sur la loi LAURE rejoint le CVTC, le wiklou et Paris.
Le Club des Villes et Territoires Cyclables (CVTC) est un un réseau de collectivités territoriales engagées pour le développement de l’usage du vélo au quotidien et de la mobilité durable.
Toutes les villes de France de taille moyenne ou grande font partie de ce club sauf Marseille et toutes les villes à moins de 20km d'elle. 
Ce n'est pourtant pas faute d'avoir attiré l'attention de MPM sur cela depuis des années. Votre association avait même invité le vice-président du club à parler lors de la journée mobilité le 18 septembre 2013.
Pourtant Marseille n'est toujours pas membre du club alors que Aix-en-Provence et Toulon y sont.
Et pour la prochaine rencontre nationale du club Marseille sera encore absente. Et pour la seconde fois c'est le Collectif Vélos en Ville, qui pourtant n'est pas censé être là, qui sera présente. La première fois c'était à Dijon le 7 octobre 2011.
L'ironie c'est quand la journée s'intitule : "nul n'est censé ignorer le vélo".
L'ironie c'est quand l'association est invitée à cette journée pour parler de l'observation de la loi LAURE, une loi pour laquelle Marseille Provence Métropole a été jugée par cinq fois pour infraction.
Vous pouvez trouver un article sur la loi LAURE et son cadre d'application rédigé par le Collectif Vélos en Ville sur le site web du Wiklou, le wikipedia du vélo en France à cette adresse.

La place Carli Version 4

Nouveau rebondissement dans l'affaire de la place Carli :
Après la version 1 de la place avec les bouquinistes, la version 2 avec rien du tout et la version 3 avec uniquement des voitures, le Collectif Vélos en Ville est heureux de vous présenter la version 4 datant du 29 février qui fait suite à notre précédent article du mois de janvier.
Et bien figurez-vous que, coïncidence, le grand ménage a été fait seulement un mois après notre article !
 
Version 1 (2008) :
carli 2008
 
Version 2 (2013) :
Carli 2013
 
Version 3 (2015) :
carli 2016
 
Version 4 (février 2016):
Carli20160229
 
Avec de toutes nouvelles protections anti-voiture :
Carli20160225
 
 
Plutôt que de s'imaginer qu'il y a un lien entre notre article et ce grand ménage nous préférons croire que désormais la Ville de Marseiile et la communauté urbaine de Marseille Provence Métropole sont juste plus réactifs aux débordements que ses rues peuvent connaitre.

Retour sur l'opération "Stationnement très gênant" du vendredi 26 février

Operation135e webCe vendredi 26 Février à 11h, quatre représentants du Collectif Vélos en Ville se sont retrouvés à l'angle de l'avenue de Maillane et du boulevard Camille Flammarion pour une opération de distribution de fausses contraventions.

En effet, ce site avait été choisi comme représentatif de l'incurie qui règne à Marseille par rapport aux pistes et bandes cyclables : les automobilistes ayant la fâcheuse habitude de les prendre pour des places de stationnement gratuit.

Nous avons donc glissé sous une vingtaine d'essuie-glaces, des papiers d'aspect contraventions, sur lesquels il est mentionné que le stationnement sur passages piétons, places handicapés et pistes cyclables est désormais considéré comme très gênant et passible de 135 € d'amende.

Trois journalistes de la Marseillaise, la Provence et 20 Minutes nous accompagnaient et ont recueilli les réactions des automobilistes pris en faute. vous pouvez retrouvez leurs articles ici et ici.

La déambulation a pris fin vers 12h30 sur le boulevard Rabatau. Merci aux bénévoles présent et espérons que ce genre d'actions contribuera à faire évoluer les comportements et les mentalités de nos concitoyens marseillais.

Annonce du Plan Vélo du conseil départemental du 13

Communiqué de presse

du Collectif Vélos en Ville

Annonce du Plan Vélo du conseil départemental du 13
 
 
Le Collectif Vélos en Ville accueille très favorablement l'annonce du conseiller départemental, délégué au cyclisme, Eric Le Dissès et de la présidente du conseil départemental, Martine Vassal au sujet du Plan Vélo du département qui vise l'élaboration de 500km d'aménagements cyclables pour un coût de 40 Millions d'euros en cinq ans.
 
Notre association, le Collectif Vélos en Ville fait remarquer que ce plan vélo impactera essentiellement la pratique du vélo dit « sportif » et non pas celle du vélo dit « urbain » c'est à dire du vélo comme moyen de transport en ville.

Néanmoins, cette annonce est tout de même une très bonne nouvelle à plusieurs titres.

Tout d'abord car la majeure partie des accidents mortels de vélo se produisent hors des agglomérations et c'est bien hors des agglomérations que se situent la majeure partie des routes départementales. En effet, même si le vélo n'est pas un moyen de transport dangereux comme en attestent les statistiques d'accidentologie (pas plus que la marche à pied), 64 % des accidents mortels ont lieu hors des agglomérations. Ainsi, et comme le souligne Martine Vassal dans la Provence du 9 février, en disant que «la route de la Gineste est très dangereuse» et que «la priorité est à la sécurité» ces mesures diminueront le nombre d'accident sur ces routes.
 
CPplanvloCD13 WebLe Collectif Vélos en Ville relève également un autre phrase prononcée par la présidente du conseil départemental : « nous allons donc privilégier les voies dédiées, bien séparées ». Il est en effet essentiel de privilégier des voies dédiés car le conseil départemental fait actuellement état de 80 km d'aménagements mais y sont comptés, des routes assez emblématiques. A titre d'exemple, la D559 (la Gineste), la D559A entre Roquefort-la-Bédoule et Cassis, la D908 (Route des Termes) ou encore la D44G (voir photo du meilleur élève) sont considérés comme présentant des « accotements cyclables » c'est à dire un bas côté, d'une largeur le plus souvent ridicule, dont la couleur peut éventuellement varié et présentant un logo vélo sur le sol tous les 2 à 4 km, le plus souvent sans panneaux verticaux… En terme de sécurité, on peut donc largement faire mieux.
 
CPplanvloCD13 2 WebEnsuite, cette annonce de « Schéma Directeur Vélo » est également une bonne nouvelle pour les cyclistes urbains puisque certaines de ces routes départementales se situent dans des agglomérations comme la D44G qui relie Marseille à Allauch ou encore la D559 entre le rond du Prado et le rond point de Luminy, ce qui peut permettre au département d'améliorer la condition des cyclistes urbains sur ces voies. Malheureusement ici, tout n'est pas non plus rose comme en témoigne les aménagements au
niveau du Rond point du Redon où les pistes cyclables trouvent leurs places sur des trottoirs, excluant de fait les piétons.

Enfin, des routes départementales comme par exemple, la D4 entre la Valentine et les Trois Lucs ou encore la D4A entre la Valentine et Allauch devront faire l'objet d'une attention particulière tant elles sont soit très larges, soit très exiguës, mais toutes deux extrêmement dangereuses en ville tant la vitesse des automobiles y est élevée.

En conclusion, le Collectif Vélos en Ville rappelle qu'il est toujours disposé à travailler en bonne intelligence avec toutes les collectivités qui le souhaitent comme cela peut être parfois le cas, mais toujours insuffisamment.

Vous pouvez consulter la carte du département relatif aux aménagements existants sur le site de Marsactu : ici.

Stationnement désormais très gênant sur pistes cyclables

Communiqué de presse

Stationnement désormais très gênant sur pistes cyclables

Vendredi 26 février 11h00
 
 
Photo20ansComAC WebDepuis le 5 juillet 2015, le stationnement sur les pistes cyclables est reconnu comme "très gênant" et est désormais sanctionné par une amende à 135 euros.

Le collectif Vélos en Ville souhaite contribuer à la diffusion de cette information auprès des automobilistes et alertera les contrevenants en glissant des flyers sous leurs essuies glaces.
Le ton n’est pas (que) à la culpabilisation et se veut pacifique. Il fait surtout appel au bon sens :

laisser la piste cyclable aux cyclistes, c’est permettre aux
véhicules de mieux circuler sur la chaussée, de façon sécurisée
pour tous
 
Marseille comptant 852 000 habitants sur 240 km2 de superficie, elle offre moins de 100 kilomètres de pistes ou voies cyclables, alors que sont recensés :
  • 142 km de voies à Angers (149 000 habitants sur 43 km2) ;
  • 160 km de voies à Montpellier (268 000 habitants sur 67 km2) ;
  • ou encore 540 km de voies dans Lyon et Villeurbanne (642 000 habitants sur 160 km2) ;
Laissez donc libres nos quelques kilomètres de voies cyclables !
 
Faut-il rappeler que les déplacements à vélos sont peu chers, permettent une excellente ponctualité (très important quand on va travailler ou chercher ses enfants à l'école !), sont bons pour la santé, limitent la pollution, réduisent l'encombrement de la rue... mais ils paraissent bien peu sécurisants pour tous ceux qui ont des velléités de s’y mettre !
Bien des Marseillais resteront réticents à l'usage du vélo s'il n'y a pas plus d'espaces de circulation sécurisés accessibles.

Par exemple :
  • La très belle piste cyclable aux Allées Gambetta (bien isolée de la voie de circulation) est la plupart du temps inutilisable car des voitures sont garées en épi et obstruent l’entrée ;
  • Sur l’Avenue de Maillane, la piste cyclable constitue de fait un linéaire de stationnement supplémentaire pour les voitures ;
  • Sans parler du boulevard Longchamp où le stationnement semble tolérer par tous ;
Aujourd’hui vendredi 26 Février
nous posons juste un papier sur un pare-brise ...
 
mais il faut bien dire que l’on finit par appeler de nos vœux une intervention plus systématique des autorités compétentes pour arroser nos rues de PV, car ce sera sans doute la seule et unique façon de faire respecter les pistes cyclables pour une circulation plus apaisée pour tous.

Démarrage de l'opération à l'angle du Boulevard de Maillane
et de l'avenue Jules Cantini, à 11h00

Contact presse : Philippe Buffard - 07 85 07 77 85

Stationnement très gênant

AMCFlyer3WebMarseille offre un nombre aujourd'hui indeterminé mais assurément réduit de pistes ou voies cyclables, contre 142 km à Angers (150 000 habitants), 160 kms à Montpellier (280 000 habitants) , 520 km pour l'agglomération Lyonnaise, 700 km à Paris.

Et ces quelques pistes marseillaises sont bien souvent impraticables car encombrées de véhicules stationnés. Exemples parmi d'autres :
  • La très belle piste cyclable aux Allées Gambetta (bien isolée de la voie de circulation) est la plupart du temps inutilisable car des voitures sont garées en épi et obstruent l’entrée,
  • Sur l’Avenue de Maillane, la piste cyclable constitue un linéaire de stationnement supplémentaire,
  • Sans parler du boulevard Longchamp où le stationnement semble toléré par tous...
Or depuis le 5 juillet 2015, le stationnement sur les pistes cyclables est reconnu comme "très gênant" et est sanctionné par un PV à 135 euros.

Le collectif Vélos en Ville souhaite contribuer à la diffusion de cette information auprès des usagers de la route et alertera les contrevenants  en glissant sous leurs essuies glaces un flyer décliné sous 3 formats. Le ton n’est pas (que) à la culpabilisation et se veut pacifique. Il fait surtout appel au bon sens : laisser la piste cyclable aux cyclistes, c’est permettre aux véhicules de mieux circuler sur la chaussée, de façon sécurisée pour tous.

Aujourd’hui nous posons juste un papier sur un pare-brise …  mais il faut bien dire que l’on finit  par appeler de nos vœux une intervention plus systématique des autorités compétentes  pour arroser nos rues de PV, car ce sera sans doute la seule et unique façon de faire respecter les pistes cyclables pour une circulation plus apaisée pour tous.
 
AMCFlyer1Web

La Place A. et F. Carli (1er Arr)

carli 2008La place Carli qui devrait être rebaptisée place de la cul (dans la voi) ture, tant elle est une emblème de ce qui se passe à Marseille, mérite le coup d’œil. Retour sur la transformation d'une place entre « Marseille 2013 : Capitale de la Culture », bouquinistes et bagnoles.

La Place Carli dans le 1er arrondissement est la place qui accueille la conservatoire national à vocation régionale.
Cette place, comme en témoigne cette photo de 2008 accueillait alors en ce temps les fameux bouquinistes de Marseille à l'image de leurs homologues parisiens que l'on peut trouver sur les bords de la Seine à Paris.
Mais à l'occasion de « Marseille 2013 : Capitale de la Culture » la Ville de Marseille s'est dit : « tiens on va déménager les bouquinistes sur la Canebière et on va libérer cette belle et magnifique place de tout ce bazar ». Par bazar, il fallait donc comprendre les bouquinistes et les voitures.

Et voilà ce que cela donne une fois le grand ménage d'effectué !

Carli 2013
  
Bon, faut avouer que si on se contrefout royalement de la culture des bouquinistes, le spectacle de la Place en 2013 était devenu tout de même plus agréable qu'auparavant.
L'aménageur n'a tout de même pas pu s'empêcher d'inclure  5 places de voitures, c'est à dire exactement le même nombre de places que précédemement… Mais, c'était tout de même un minimum pour éviter la bronca !

Et puis Marseille, aidée par la laxisme de la Mairie, a fait ce qu'elle sait faire de mieux : Se laisser aller…
 
 Et voici le spectacle 2016 !

carli 2016
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
20151112 111816 2
20151109 094049 2
 
 
 
 
 
 
 
 
20150914 100258 2Et hop ! Deux potelets de moins et à nous la place !
 
Résultat des courses :
2008 : 5 voitures
2013 : 5 voitures
2016 : 32 voitures (en ne comptant pas les dizaines de stationnements frauduleux de la portion de rue attenante).

Alors que le Plan de Déplacement Urbain, outil de planification des transports de Marseille Provence Métropole, annonce fièrement comme premiers objectifs :

1.1 Réaménager l'espace public au profit des modes doux
1.2 Multiplier les équipements favorisant l'usage du vélo
1.3 Adopter une nouvelle stratégie de stationnement
1.3.1 Réduire l'offre en centre-ville et accroître l'offre en parc relais périphériques
 
 
pdu1
 
 
 
Alors que l'on arrête de nous dire que Marseille est en retard mais qu'elle est en train de le rattraper.

Partout où des espaces piétons ont été aménagés il y a quelques années ces mêmes espaces sont aujourd'hui recolonisés par la voiture :
 
 
Rue Saint Férréol
La Canebière
Boulevard Longchamp
Boulevard Chave
Place Jean Jaurès
Place Carli

Vous repasserez une troisième fois !

20150717 194353 2Cherchez bien ! Il n'y a pas quelque chose qui vous choque dans cette photo ? Et bien visiblement, cela n'a pas choqué la communauté urbaine de MPM... C'est pourtant pas faute de l'avoir dit. Mais si cela s'arrêtait là seulement...

Si vous n'avez pas encore trouvé, on va commencer par  vous donner des indices.

Dans le quartier de Noailles, en descendant la rue d'Aubagne pour vous rendre à votre association préférée, vous arrivez à la Place d'Homère (le pauvre...) à l'intersections des rue d'Aubagne, Jean Roque et Moustier. Ces trois rues sont depuis deux – trois ans en zone de rencontre, c'est à dire que la vitesse y est limitée à 20km/h, les piétons puis les vélos prioritaires sur les engins motorisés et surtout pratiquables par les bicyclettes dans les deux sens alors qu'elles sont à sens unique pour les voitures.

Le collectif avait à plusieurs occasions fait remonter à la communauté urbaine de MPM qu'il était extremement dangereux20160112 120513 2 que ces rues puissent être empruntées dans les deux sens par les cyclistes alors qu'aucun panneau n'indiquait aux automobilistes que des vélos puissent arriver en sens inverse.

Néanmoins, des mois voire des années après la première demande voici que la communauté urbaine vient (enfin) de poser le panneau.

Manque de bol,  il y a comme un petit problème de 90 degrés d'angle. Ainsi notre panneau zone de rencontre de la photo, censé indiquer aux automobilistes qu'ils entrent dans une zone de rencontre et qu'ils doivent donc s'attendre à croiser des cyclistes est placé à la fin de la rue Jean Roque. Ainsi cette rue affiche un panneau "allez-y mais faites attention" et un panneau "sens interdit". Sachant que le même panneau est également plaçé à l'autre extrémité de la rue, on obtient une sorte de zone de rencontre à double sens interdit et à double double sens cyclables. Si vous n'y comprenez plus rien c'est normal...

Heureusement, graçe à la ténacité de l'un de nos adhérents (merci Pierre), les services de la voirie sont venus pivoter le panneau de manière à ce qu'il prenne effet pour la rue d'Aubagne et non Jean Roque.

Encore une fois, manque de bol celui-ci aurait dû être plaçé trois mètres au dessus de manière à signaler la zone de rencontre pour les trois rues et nons pas uniquement celle d'Aubagne...

Plus d'articles...

  1. Le fait est assez rare...
  2. Mais où est la piste ? Et bien, elle est revenue...
  3. Prado : neuf nuances de pistes cyclables
  4. Rue Paradis des voitures, enfer des piétons
  5. Chave Wars Episode 4 : la saga continue
  6. Rendez-vous à la préfecture
  7. Mais où est la piste !?
  8. USES : Le Boulevard Baille, nouveau concurrent pour le prix du meilleur aspirateur à bagnoles
  9. Appel pour une ville accessible à tous
  10. Etat des lieux des aménagements cyclables à Marseille
  11. Quoi de neuf à l'Est ? Le Clou Rouillé du Collectif Vélos en Ville ?
  12. Modification du code de la Route (et tarif des PV !) par Décret Partage de la Voirie du 02.07.2015
  13. Une bonne nouvelle pour les déplacements actifs
  14. Du devenir de la rue de Rome
  15. Et de quatre procès perdus : le boulevard d'Athènes
  16. Mort de rire !
  17. Conférence/débat sur le partage de la rue à Aubagne
  18. Concertation publique Rond-Point de la place du Général Ferrié
  19. Boulevard Chave : ils ont osé ! #3
  20. Boulevard Chave : ils ont osé ! #2
  21. Marseille 2015 : Capitale des tribunaux administratifs perdus
  22. Le silence assourdissant de la Communauté Urbaine
  23. Boulevard Chave : ils ont osé !
  24. Boulevard d’Athènes : Où en est-on ?
  25. Avenue de Grand Pré
  26. Rue d'Italie
  27. Vieux-Port Phase 2 : Participez !
  28. Another one « Recours en Tribunal administratif »
  29. Stationnement illicite à Marseille : une campagne de communication de la ville
  30. MICRO-SONDAGE sur la " zone de rencontre Velos-Autos-Motos-Piétons " Noailles-Opéra-Belsunce
  31. Joyeux anniversaire le Collectif Vélos en Ville !!!
  32. Samedi 20 septembre 2014 : Manifestation
  33. Erogène, la zone de rencontre ?
  34. Encore du bon et du moins bon
  35. Lâcher de clous rouillés samedi 5 avril
  36. Boulevard de Maillane ; ça s’arrange ou presque
  37. Article L228-2 du code de l'environnement
  38. BNHS Castellane Luminy - épisode 3
  39. Donner de la voix pour le Vélo
  40. Du nouveau à Noailles et Opéra
  41. Vendredi 17 janvier : table ronde à la Cité des associations
  42. Distribution du livre blanc le jeudi 9 janvier
  43. Le 17 janvier : table ronde sur "la place du vélo à Marseille"
  44. USES : le jeu-concours du Collectif Vélos en Ville
  45. BNHS Castellane Luminy
  46. Marseille, 2ème ville de France
  47. Aménagement Cyclable
  48. Un nouveau panneau pour les cyclistes à Marseille
  49. Enquête publique du BHNS Castellane Luminy : dernier jour pour participer
  50. Des nouvelles de la commission Aménagements cyclables

Pour une zone apaisée visible à Noailles