24 rue Moustier
13001 Marseille
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Horaires d'ouverture

Semaine du 19 octobre
Lundi :
Mardi : 18h30 - 20h
Mercredi :
Jeudi :
Vendredi :
Samedi : 13h30 - 19h
 

Newsletter




La commission Aménagements Cyclables
 
Pour que la prise en compte des cyclistes dans l'espace public marseillais soit une réalité, le Collectif Vélos en Ville veille et agit !

La commission « Aménagements cyclables » travaille pour la prise en compte des intérêts des cyclistes dans l’espace public marseillais, c’est-à-dire, le vôtre, et donc le nôtre.
Pour cela, la commission porte une parole citoyenne et cycliste dans les lieux de concertation et de débat.
 
Nous nous réunissons chaque mois, tous les 1er jeudis du mois, à 18h00 au local.
Vous êtes les bienvenus !

 

Magique ?

img 2567Des courriers avaient été envoyés, sans réponse. Des rencontres avaient eu lieu, sans effet...  Nous demandions pourtant tout bêtement une meilleure signalisation du nouveau double-sens cyclable mis en place rue Fontange, que personne ne connaissait ni ne voyait, et une communication plus forte sur le fonctionnement de la Zone de Rencontre.
 
Et puis ce samedi 27 novembre, rue Fontange, s'est tenu un rassemblement du Comité d’Intérêt de Quartier et du Collectif Vélos en Ville : une opération de communication avec le concours de bénévoles, une mise en scène de la rue et des logos pirates au sol, la presse au rendez-vous, des élus et les flash des photographes... Résultat: le jeudi suivant étaient tracés au sol les logos cyclistes tant attendus.
Il ne nous reste donc plus qu'à faire la même chose pour les 1250 kilomètres de voirie marseillaise pas ou mal équipés.
On commence par quoi? Le boulevard de Paris, la Corniche, le boulevard Baille, le boulevard Michelet, la rue Thiers, la rue de Lyon... le vieux port?!

Quand le tram oublie le vélo.

Quelle chance on a, à Marseille!
Le même jour, samedi 27 mars, se déroulait sur le Prado, le Carnaval de Marseille et du coté de la Joliette, à Arenc plus précisément, l'inauguration d'une station de tramway, déguisée en pôle multimodal.
Comme les adhérents du Collectif Vélos en Ville ne peuvent résister à l'appel de la fête et de la mascarade, nous avons participé aux deux évènements. 
A Arenc, dans la continuité de la politique d’aménagements dits «multimodaux» (gare saint Charles, gare de la Blancarde…), «pacificateurs» (Canebière, rue de la République…), voire même «durables» de ces dernières années à Marseille, les aménagements du terminus du tramway d’Arenc ont eux aussi «oublié» les cyclistes. 
Pour les salariés du secteur, comme pour les habitants du quartier, l’arrivée de ce terminus aurait du pourtant être l’occasion de favoriser, de façon complémentaire au transport collectif, les déplacements en modes doux ou actifs dans son environnement proche. Or, au contraire de la circulation automobile, l’accès à vélo vers cette station n’a été ni favorisé, ni organisé, ni pensé.
Ainsi, rien n’y est sérieusement prévu pour assurer un stationnement des vélos de longue durée. En effet, pas plus que quelques coups de peinture sur le trottoir ne font une piste cyclable, quelques arceaux en galvanisé ne remplaceront jamais un parc vélo sécurisé, adapté à un terminus de tramway. D’autant que, perdus au milieu d’un océan de bitume et de chaussées à deux ou trois voies et à sens unique, ces quelques appuis vélos et motos auront bien du mal à attirer les cyclistes.
De fait, en totale contradiction avec la loi(1) et les orientations du Plan de Déplacement Urbain de Marseille toute la voirie menant à cette station est intégralement dédiée à la circulation automobile et y interdit par conséquent la possibilité de déplacements à vélo sécurisés et confortables. En fin de compte, cette station de tramway, qui sera pourtant une des portes d’entrée du futur quartier Euroméditerranée 2, en augure finalement bien mal la «verditure» annoncée.
 
(1) Art 228-2 du Code de l’Environnement:
A l'occasion des réalisations ou des rénovations des voies urbaines, à l'exception des autoroutes et voies rapides, doivent être mis au point des itinéraires cyclables pourvus d'aménagements sous forme de pistes, marquages au sol ou couloirs indépendants, en fonction des besoins et contraintes de la circulation.
 

Pour un Code de la Rue à Marseille et en France

code la rueCinq associations : la FUBicy – Fédération française des usagers de la bicyclette, dont fait partie le Collectif Vélos en Ville, le Club des villes et territoires cyclables, dont ne fait toujours pas partie Marseille, Droits du Piéton, la Ligue contre la violence routière et Rue de l’Avenir, interpellent le Gouvernement pour une mise en œuvre effective et urgente du Code de la Rue en France.
Le 31 mars, lors d’une conférence de presse, elles ont présenté une déclaration rappelant l'urgence de sa mise en oeuvre et vont œuvrer activement pour des « villes à 30 ».
Pour les néophytes, et ils sont nombreux à Marseille, même aux plus hauts niveaux, le Code la Rue est une démarche de modernisation du Code de la Route français. A l'instar de ce qui existe déja depuis plusieurs années en Belgique, il s'agit de changer la logique des aménagements de l'espace public et en particulier de la voirie urbaine. Celle-ci  n'est plus uniquement considérée comme un espace de circulation automobile, une route, mais conçue aussi comme un espace de vie, de rencontres et de déplacements pour d'autres modes, tout particulièrement pour la marche à pied et le vélo.
Il s'agit alors pour l'aménageur de concevoir des espaces qui, en fonction du contexte plus ou moins urbain, favorisent les déplacements à pied et à vélo et régulent, limitent ou empêchent la pression des modes de déplacements motorisés, tant en termes d'occupation de l'espace qu'en dangerosité, liée à la vitesse. Un certain nombre d'outils ont été élaborés, aires piétonnes, zones de rencontres, zones 30... qu'il s'agit désormais de généraliser dans nos villes et à Marseille, de façon urgente.
Si vous voulez en savoir plus, le Collectif organise le mardi 20 avril une conférence-débat sur ce sujet à la Maison de quartier Sénac.

Pour une zone apaisée visible à Noailles